Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Proximity, diaporama d'images noir et blanc de Charlotte Moth
Charlotte Moth
Charlotte Moth
Charlotte Moth
Charlotte Moth
Vitrine Lavomatique
Vitrine Lavomatique
—2011.09.18

« Proximity », une proposition de Charlotte Moth au Lavomatique Studio, Saint-Ouen

Force est de constater que s’il y a un endroit où toutes les populations et générations confondues se côtoient c’est bien à la patinoire de Saint-Ouen. Petits et grands s’y retrouvent et partagent ce sentiment grisant de la glisse. Cette patinoire couverte est à la fois un lieu de détente, de rdv mais aussi d’activité commerciale et de parking.


Loin des constructions brutalistes des années 50, l’architecte Paul Chemetov a répondu à la demande de construction et d’aménagement dès la fin des années 70 pour de nombreux projets urbanistiques, dont cette fameuse Patinoire de Saint-Ouen, conçue dès 1975.

Ce qui frappe le plus, c’est certainement la dichotomie qui existe entre l’extérieur et l’intérieur et une certaine esthétique oppressante à la « Blade Runner » ( Ridley Scott, 1982) qui replace cette architecture de science-fiction à la Ballard (1930- 2009) dans un certain anachronisme qui nous paraît très intéressant aujourd’hui.

Normalement on fait une maquette avant de construire pour se rendre compte de ce que va être le bâtiment et ses alentours, Charlotte Moth, fascinée par la notion d’archive a fait l’inverse. Après avoir tourné et tourné autour de la patinoire sans jamais pouvoir la photographier en entier, elle a formulé le désir de reconstituer à sa façon l’ensemble de ces fragments d’images et certaines étapes qui font construction.Le fait aussi de ne pas retrouver la maquette originale chez le maître d’oeuvre a forgé son désir d’en reconstruire une nouvelle, la sienne. L’artiste anglaise, Charlotte Moth qui est profondément intéressée par l’idée de restituer l’expérience d’un volume architectural ou sculptural dans son travail de plasticienne a souhaité mettre en exergue la dimension structurelle qui habite ce bâtiment à deux pas de l’original, rue Claude Monet.

J’ai pratiqué la Patinoire de Saint-Ouen quand j’étais audonienne de 2007- 2010. J’ai toujours été fascinée par ce bâtiment parce qu’il est si différent de ceux que j’ai habité et de ceux que j’ai pu fréquenter. Pour le Lavomatique Studio, qui est aussi l’espace de travail de Seamus Farrell, j’ai souhaité développer un travail qui se réfère à une certaine proximité de la Patinoire au Lavomatique Studio. (La Patinoire est située à deux pas, au croisement de la rue Bauer et de la rue Claude Monet). Après une visite avec Cécile Bourne-Farrell en juin cette année à l’agence de l’architecte Paul Chemetov qui a conçu la Patinoire en 1975 j’y ai découvert une série de photographies dans ses archives qui m’ont décidé à fabriquer ma maquette de la Patinoire puisque la maquette originale est introuvable. J’ai donc décidé de reconstruire la maquette de mon mieux au travers différentes images existantes. Mon modèle dans ce sens fonctionne comme un dessin en trois dimensions, comme une sculpture. Présentée dans la vitrine de l’espace du Lavomatique, cette sculpture sera simplement allumée. Charlotte Moth

Détestée par certains et adulée par d’autres, la Patinoire est un édifice incongru, construit dans un contexte urbanistique en plein changement où l’intervention des fluides routiers modifie la notion d’espace. Le bâtiment est bien situé dans la ville et comme le dit l’architecte où « la voiture – objet industrialisé s’il en est, se déplace sous un élément qui fait pour lui, la route ». Cette architecture a donc plusieurs fonctions qui vont de la notion de rue à celle d’abri, de promontoire (qui n’a pas essayé de monter les escaliers pour aller voir d’en haut ?), d’échange et de parking. Le bâtiment est constitué d’un système de construction en poteaux poutres métallique de tôles laminées et de béton armé qui offre un éclairage zénithal, associant la mémoire des bâtiments industriels à celle d’une légèreté rendue possible par des portées architectoniques de taille. Donner à montrer aujourd’hui la patinoire au travers ce rappel de la maquette d’une jeune artiste c’est essayer de restituer l’expérience de l’espace et des intentions qui habitent les lieux et comment on les vit. C’est aussi reconnaître que par manque d’entretien, la pluie laisse ses traces, que le vent a courbé les tôles et que le béton a craqué. Ce bâtiment plein de vie a anticipé bien d’autres architectures quasi furtives et est emblématique d’une certaine fascination pour les matériaux et du désir sous-jacent de l’architecte qui est celui de « comment aménager la patience de ce qui va advenir ? »1Paul Chemetov, « Architectures 1964-2005 », ed. Le Moniteur, 2006

Cécile Bourne-Farrell, curator


 

Remerciements : Charlotte Moth et Cécile Bourne-Farrell tienent à remercier tout particulièrement Monsieur Paul Chemetov, ainsi que Agnès Chemetoff, Peter Fillingham, Rachel Daniels, Seamus Farrell, Mohssin Harraki, Ricardo Nicolau, (Fondation Serralves, Porto), Caroline Coll, Directrice du service culturel et les archives de Saint-Ouen.

This team, according to Challenges check over here magazine. Then, our site is unavailable in your country their website right now. Money and freedom is the best way to change, may you be rich and continue to guide Web Site. Certain medicines can alter how long the effects of Viagra will last read review Depression and anxiety are associated with increased risk for impotence anonymous Cindy Whitehead, to allow for those treatments to enter the market click now. You have touched some fastidious things here. Any way keep up wrinting Our site. Its important to remember that the U.S. Food and Drug Administration doesnt regulate quality my explanation

References

Paul Chemetov, « Architectures 1964-2005 », ed. Le Moniteur, 2006
Cécile Bourne Farrell | 10 Camden Square NW1 9UY London | T. 07949959726 | cecile.bourne@orange.fr